Accueil > Réglementation > L'intoxication par le monoxyde de carbone

L'intoxication par le monoxyde de carbone

27 février 2014

En cette période hivernale plutôt douce, il faut rester vigilant sur les risques d’intoxication au monoxyde de carbone. En effet, l’utilisation des appareils au ralenti génère une mauvaise combustion, donc un taux de monoxyde de carbone plus élevé. Associé à un tirage plus faible, le risque de refoulement de fumées chargées en monoxyde de carbone est d’autant plus présent.

Le monoxyde de carbone est le résultat de toute combustion, quel que soit le combustible utilisé. Le principal danger de ce gaz est qu’il est incolore et inodore. Il est facilement absorbé lors de la respiration et se substitue alors à l’oxygène dans le sang. A une certaine dose, il provoque l’asphyxie.

L’intoxication au monoxyde de carbone est la première cause de décès par gaz toxique en France. Il tue chaque année une centaine de personnes. Il est important d’avertir l’utilisateur sur les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone mais aussi sur la prévention de ce risque d’intoxication.

Le centre de Formation AGECIC et CALYXIS (Pôle d’expertise du risque), membre de l’association, oeuvrent pour la prévention, l’information et la formation, des professionnels du chauffage et du grand public sur cette thématique.       

 

Les symptômes de l’intoxication  :

A un faible taux de monoxyde de carbone dans l’air, une personne exposée se plaint de maux de tête, de vertiges, de troubles digestifs voire de malaises. Exposée à un taux plus élevé, cette personne tombe rapidement dans le coma et risque la mort. Une intoxication chronique provoque des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, puis, des troubles cardiaques voire respiratoires.

 

Les causes principales  :

  • • Un conduit de fumée obstrué ou mal dimensionné
  • • Une absence de ventilation dans la pièce où est installé l’appareil (inexistante ou bouchée)
  • • Un manque d’entretien ou vétusté de l’appareil de chauffage
  • • Une mauvaise utilisation des appareils (chauffage d’appoint utilisé en chauffage principal par exemple).
  • • La coexistence des appareils avec une ventilation mécanique et une hotte de cuisine
  • • Un système de distribution d’air chaud par aspiration mal installé

 

Pour éviter ce risque, des règles simples sont à respecter :

  • • Faire entretenir son appareil de chauffage au moins une fois par an [1],
  • • Faire ramoner le conduit de fumée deux fois par an dont une fois pendant la période de chauffe pour les appareils à combustible solide ou liquide et une fois par an pour les appareils à combustible gazeux [1],
  • • Avoir une amenée d’air dédiée à l’appareil de chauffage de taille suffisante, en plus des amenées d’air de ventilation,
  • • Respecter la notice de l’appareil.

     

[1] Fréquence définie dans le Réglement Sanitaire Départemental

 

 

Les stages AGECIC associés

  • AG18 : Connaître et solutionner les pathologies des ouvrages de fumisterie
  • AG1 : Dimensionner des conduits de fumée en maison individuelle
  • AG3 : Réhabiliter les conduits de fumée en collectif et tertiaire
  • AG2 : Concevoir et mettre en oeuvre les conduits de fumée en maison individuelle
  • AG29 : Distribution d’air chaud, qualité de l’air et ventilation en maison individuelle
  • AG31 : Ventilation et qualité de l’air en habitat collectif

     

En savoir +

   

Faites tourner l’(in)formation !

Contactez-nous

  • 05 16 18 60 50
  • Mail

Toutes nos actualités en exclusivité

Retrouvez-nous sur