Accueil > Témoignages > Interview de Martine BANIZETTE, chargée d’études et formatrice

Interview de Martine BANIZETTE, chargée d’études et formatrice

28 octobre 2013

L’AGECIC lancera, au premier trimestre 2014, une nouvelle formation « AG34 », 2 jours entièrement dédiés au dépannage des poêles à granulés, des poêles à bûches et des poêles mixtes. Martine BANIZETTE, chargée d’études et formatrice AGECIC, nous explique le contexte et le contenu de cette formation.

 

Martine, quelles ont été vos motivations pour créer cette nouvelle formation ?

La formation AG34, que nous allons lancer prochainement, répond clairement à une attente forte de nos stagiaires. Celle-ci a été détectée à l’occasion du stage AG14 - Poser et entretenir les poêles & les inserts à granulés de bois. Les participants sont très intéressés par ce stage, mais nous demandent tous d’approfondir la partie dépannage.

Afin de pouvoir intervenir rapidement et efficacement sur un appareil, il est primordial de bien en comprendre son fonctionnement ainsi que les interactions entre les différents composants. Cela permet également d’identifier les différentes pathologies rencontrées sur ce type d’installation et les solutions à apporter pour y remédier.

Malgré un engouement certain du public pour ce type d’appareils, cela reste  un marché très récent. Les clés du succès pour un système fonctionnel et des utilisateurs satisfaits sont avant tout une bonne installation du système mais également la capacité à en maîtriser le fonctionnement et donc la capacité à apporter une solution au client utilisateur en cas de dysfonctionnement.

 

Quels seront les thèmes abordés pendant la formation ?

Le stage AG34 va se décomposer en deux parties : La première sera une partie théorique sur une demi-journée. Elle sera consacrée au combustible et à l’importance de sa qualité, aux principes de fonctionnement du système et à l’intéraction des différents composants entre eux ainsi qu'aux différentes configurations d’installations et aux pathologies pouvant être rencontrées. Bien évidemment nous aborderons ce qu’il est nécessaire de faire ou plutôt de ne pas faire !

La deuxième partie, sur une journée et demi (environ 11 heures) sera consacrée, au travers d’exercices pratiques, à l’identification et à la résolution de pannes. Des dysfonctionnements seront mis en oeuvre et les participants devront, en fonction de ce qui a été vu en première partie, les identifier et apporter une solution.


A qui s’adresse cette nouvelle formation ?

Cette formation s’adresse à toutes les personnes intervenant ou souhaitant intervenir sur les poêles à granulés de bois, les poêles étanches, les poêles mixtes (installateurs, sociétés de dépannage, services d’entretien...)


Quels seront les équipements dédiés pour effectuer les travaux pratiques ?

Nos plateaux techniques vont être réaménagés avec, à minima, 6 poêles à granulés en fonctionnement, des poêles à bûches étanches... Nous étudions également l’ajout de poêles mixtes granulés/bûches. Ces plateaux nous permettent de faire des exercices en "situation réelle". Le premier plateau réaménagé sera le centre de formation de Tourcoing (59). Il sera opérationnel d’ici la fin de l’année.

 

Quel sont les principaux éléments à retenir dans la mise en oeuvre des poêles à granulés de bois ?

Le combustible est, certes, un facteur très important dans le bon fonctionnement de l’appareil, mais une mise en oeuvre adaptée est aussi le gage d’une installation fiable et pérenne. Ce qu’il faut retenir, lors de la mise en oeuvre d’un poêle à granulés de bois, c’est qu’il n’y a pas "une seule" configuration d’installation mais différentes solutions possibles, qui doivent être adaptées en fonction de l’appareil et de l’environnement. Il est erroné d’affirmer qu’il n’y a aucune règlementation qui régisse le domaine de l’installation des appareils à granulés, bien au contraire !

Deux types d’installations peuvent être rencontrés :

La première étant une configuration traditionnelle respectant la NF DTU 24.1 : le point de débouché des fumées doit dépasser le faîtage du toit d’au moins 40 cm ou de tout obstacle dans un rayon de moins de 8 mètres, ce que l’on appelle en fumisterie "la zone 1".

La deuxième configuration étant un conduit de fumée ne débouchant pas en zone 1 et donc un conduit d’évacuation des produits de combustion sous Avis Technique (ou DTA) et un appareil étanche. Ces systèmes appelés conduits concentriques assurent deux fonctions : l’évacuation des fumées et l’amenée d’air dans la chambre de combustion. De la même manière que pour un système traditionnel, des règles de mise en oeuvre doivent être respectées notamment sur le positionnement des débouchés des fumées.

 

Faites tourner l’(in)formation !

Contactez-nous

  • 05 16 18 60 50
  • Mail

Toutes nos actualités en exclusivité

Retrouvez-nous sur